ARCHIVES : EXEMPLES D'ARTICLES

INFORMEZ VOUS 6 FOIS PAR AN

POUR PRÉPARER VOS INVESTISSEMENTS

France

Europe

Hors d'Europe

71 euros TTC

135 euros

Abonnement 1 an

213 euros

113 euros TTC

216 euros

Abonnement 2 ans

340 euros

Métal Industries est disponible sur abonnement.

Pour vous abonner, il vous suffit de nous envoyer vos coordonnées accompagnées du chèque correspondant au montant de l'abonnement choisi à l'adresse suivante :

METAL INDUSTRIES

81 rue de Fontenay

94300 Vincennes

France

EXEMPLES D'ARTICLES

2001

TITRE

CHAPEAU

Scmb Bliss a mis en service chez le prototypiste MBPM deux presses hydrauliques associées à un robot laser de découpe Le constructeur bourguignon de presses hydrauliques a livré deux de ses modèles à la société MBPM spécialisée dans la fabrication d’outillages et de pièces prototypes pour l’automobile. Cette entreprise de Bois-Colombes dispose d’un parc diversifié de machines-outils dont plusieurs fraiseuses en 5 axes de grande taille et trois systèmes de découpe robotisés par laser associés à ses moyens d’emboutissage… Sans oublier une machine de prototypage rapide par frittage de poudres, l’ensemble étant complété par d’importants moyens en contrôle tridimensionnel.
Les récentes évolutions techniques des presses plieuses Après les importants progrès réalisés en poinçonnage-cisaillage et en découpe par laser, les presses-plieuses sont à leur tour en pleine évolution. Ces machines indispensables aux ateliers de tôlerie sont devenues plus précises pour contrôler l’opération de pliage en l’air et elles s’automatisent. Des capteurs synchronisent les vérins de descente du coulisseau, compensent la température ou le bombement du sommier tandis que les systèmes de contrôle de l’angle de pliage emploient des capteurs particuliers ou des systèmes par visée laser. Les CNC à base de PC qui prennent en compte les axes des butées arrière et des équipements annexes sont dotées de fonctionnalités graphiques qui facilitent la programmation hors ligne. L’automatisation des machines a commencé par les aides à l’opérateur qui soutiennent la tôle et l’accompagnent. Elle se poursuit avec des robots pilotés en synchronisme avec les presses pour constituer des cellules flexibles de pliage qui travaillent sans intervention humaine. Enfin, de nouveaux systèmes de protection de l’opérateur au niveau des outillages mettent ces machines en conformité avec la réglementation. L’offre en presses-plieuses est couverte en France par une quinzaine de constructeurs et fournisseurs auxquels s’ajoutent les spécialistes des outillages. Ce dossier est réservé aux seules presses plieuses à CNC puisque les panneauteuses et les centres automatisés de pliage ont fait l’objet d’un précédent dossier.
Rendre les presses plieuses plus sûres Les presses-plieuses présentent des risques pour les opérateurs. Au cours des cinq dernières années, les services du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, ont recensé une quarantaine d’accidents du travail qui ont fait l’objet de déclarations et la base de données de l’INRS fait aussi état de 63 accidents entre 1982 et 1996 dont les trois quarts survenus pendant l’opération même de pliage souvent lorsque l’opérateur cherche à rattraper la tôle qui glisse…
Presses plieuses : les bons outils font aussi les bons plis Plusieurs constructeurs de presses-plieuses fabriquent leurs outillages notamment Amada et Trumpf et lorsqu’il s’agit d’outils particuliers comme les matrices à trois points de contact de Bystronic-Hämmerle. On compte toutefois des spécialistes « outilleurs » dont les français EPC, Soclam et Terop qui étudient des outils spécifiques à une application. Citons aussi les autres fournisseurs et revendeurs : LPS, Outipress, Supra, Technostamp (représenté par EMS), Eurostamp et Teda (Remo), Venot, le hollandais Wila, Wilson Tool… Ils proposent aussi des systèmes de bridage en général hydrauliques mais aussi pneumatique (Teda) ou mécanique (Wilson Tool).
FPA investit dans la découpe par laser en 5 axes avec trois machines de Prima Industrie Cette entreprise familiale de 20 personnes est spécialisée dans la fabrication de prototypes, la chaudronnerie fine et la production de pièces découpées et embouties en petites et moyennes séries notamment pour le secteur de l’automobile. Elle est l’une des rares PME de tôlerie à s’être équipée des trois centres de découpe laser en 5 axes Rapido, Domino et Optimo de Prima Industrie. Elle peut ainsi couper et usiner des pièces de toute taille à plat et surtout en 3D. Pour tirer le meilleur parti de cette technique laser, l’entreprise a aussi investi dans le logiciel 5 axes de tôlerie de Tebis avec programmation hors ligne.
Une première pour Salvagnini chez SEAE : l'atelier flexible de pliage associe une panneauteuse robotisée à un chariot mobile téléguidé Le spécialiste italien des ateliers automatisés de tôlerie a étudié et mis en service chez un fabricant toulousain de matériels d’éclairage un atelier flexible de pliage de conception originale. Sa panneauteuse P4 desservie par un robot à 6 axes pour ranger les pièces dans des conteneurs, pilote aussi un chariot-palettiseur mobile qui apporte les flans poinçonnés et range les conteneurs de pièces dans un magasin. Cette cellule flexible produit en continu et 7 jours sur 7 une pièce toutes les minutes sans intervention humaine. Un pari industriel réussi pour SEAE et une première pour Salvagnini.
Poncin, les espoirs d'une reprise d'entreprise Le rachat d’entreprise reste un pari dont tous les paramètres ne sauraient être maîtrisables. Quelles sont les règles à suivre pour encadrer le risque d’une opération ? Illustration par le cas de Poncin.
Repositionnement industriel par l'usinage à grande vitesse : le cas Mécafi Technologie maîtrisée par de nombreuses grandes entreprises et PME, l’usinage à grande vitesse (UGV) est moins étendue dans le secteur de la transformation des métaux durs. Mais elle s’y développe, au point que pour certains projets les donneurs d’ordres n’étudient plus les propositions des sous-traitants ne possédant pas cette technique d'usinage. Analyse de l’expérience de Mécafi Chatellerault, huit années après son choix d’investir dans cette technologie complexe, un repositionnement total qui devait avoir le rôle d’anticiper sur l’avenir.
Le prélaqué, pourquoi et comment ? Former puis revêtir ou revêtir puis former ? Telle est le questionnement shakespearien que nous soumettent les promoteurs de la tôle prélaquée. Réunis en congrès à Bruxelles sous l’égide de l’ECCA (European Coil Coating Association) en novembre dernier, sidérurgistes, représentants des industries du revêtement et utilisateurs ont débattu deux jours durant des qualités et contraintes techniques de la tôle prélaquée, de son marché, des enseignements à tirer des expériences américaine ou australienne et plus généralement des défis posés par la globalisation. Si l’ECCA bataille depuis plus de 30 ans en faveur de la tôle prélaquée, les territoires qu’il lui reste à conquérir n’en demeurent pas moins extrêmement vastes, tant en termes marchands que technologiques.
Les cintreuses de tubes à CNC Les installations automatisées pour le cintrage des tubes répondent aux besoins croissants de l’industrie automobile et de l’aéronautique, des équipements thermiques et de climatisation, sans oublier le secteur plus diversifié du mobilier métallique ou des articles de camping. Les spécialistes de la mise en forme du tube ne se limitent plus à fournir des machines de cintrage mais des « solutions » pour produire des pièces tubulaires notamment des cellules automatisées avec déchargement automatique des pièces et leur contrôle par des bras articulés de mesure ou par des caméras. Le cintrage est souvent combiné avec d’autres opérations de façonnage des extrémités et de poinçonnage. En Europe, les cintreuses sont une « spécialité » de plusieurs constructeurs italiens avec, entre autres, les italiens Bema, BLM et Crippa mais aussi le britannique Addison-McKee et les français Macsoft, Robolix, Silfax… Ce dossier fait un tour d’horizon des cintreuses à CNC disponibles auprès de la trentaine de constructeurs et fournisseurs actifs dans l’Hexagone. En avril dernier à Düsseldorf, le salon « Tube 2000 » a montré que les professionnels du secteur vivent actuellement une mutation. Les regroupements d’entreprises s’expliquent par la perspective de gagner, à l’échelle mondiale, d’importants marchés auprès des équipementiers de l’automobile.
Des bras articulés pour le contrôle des tubes Construits comme les robots poly-articulés, les bras sont des appareils de mesure qu’on guide à la main pour relever les cotes sur les pièces en atelier. Ils sont proposés par quelques spécialistes dont l’américain Faro et le français Romer. Le palpage sans contact des tubes cintrés est une des applications de ces bras mais il existe aussi des tables de contrôle optique avec visée par des caméras pour contrôler des tubes coudés sans contact.
Lucas construit ses matériels agricoles avec la CFAO : le pari réussi de la découpe laser et du soudage robotisé Implantée en Vendée, la société Lucas construit des matériels agricoles pour les besoins de l’élevage, activité complétée par un département de charpente métallique. Pour assembler les sous-ensembles soudés de forme complexe e fabriquer sa gamme d’engins agricoles, cette PME familiale a su mettre à profit les technologies de la CFAO en tôlerie. Elle s’est équipée de deux tables de découpe par laser Trumpf et de deux grands portiques robotisés de soudage à l’arc d’IGM. Pour programmer ces équipements, elle a choisi les progiciels de FAO de tôlerie de l’éditeur grenoblois Alma avec Act/cut pour la découpe et Act/weld pour la programmation hors ligne des robots.
Les sources laser YAG de puissance Les lasers YAG « solides » qui utilisent les fibres optiques ont des puissances moyennes de 2 kW en mode pulsé et dépassent désormais les 4 kW en continu. Ils trouvent leurs applications dans les industries mécaniques en mode pulsé pour le perçage, le soudage par points et le marquage, tandis que les lasers continus s’adressent surtout au soudage et à la découpe fine… Le pompage par diodes, qui se substituent aux lampes flashes, améliore la qualité de faisceau et a permis de construire des sources multikilowatts continues avec des fibres optiques plus fines qui viennent concurrencer les lasers à CO2 notamment pour souder les alliages légers dans l’automobile et l’aéronautique. Les YAG pompés par diodes de petites puissance sont aussi très employés pour des applications diversifiées en marquage et en gravure sur tous les matériaux. Ce dossier qui fait suite au précédent sur les lasers à CO2 présente l’offre des principaux fournisseurs de YAG pour le traitement des matériaux.
Lvd présente inaugure son show room à Lyon et présente en avant première la poinçonneuse Global 20 Le constructeur belge renforce sa présence mondiale et complète son dispositif commercial en France par l’ouverture à Lyon d’un centre technique d’assistance à la clientèle. L’inauguration de ce « Show Room » a été l’occasion de présenter ses nouveautés en poinçonnage, pliage et en découpe laser avec notamment la présentation de la nouvelle poinçonneuse hydraulique Global 20 et d’un système de contrôle continu de l’angle de pliage par double visée laser.
Avec Mosaico, Prima démocratise le raboutage de flans de tôle Le spécialiste italien des robots lasers a mis au point le premier système flexible standard dédié à la production de flans raboutés. Développé à partir du robot Platino, il réalise la découpe, l’accostage puis le soudage de flans mais aussi de pièces tridimensionnelles en différentes épaisseurs. Ce système Mosaico qui peut être associée à un robot à 6 axes pour constituer une cellule flexible automatisée, ouvre de nouveaux horizons au rabotage en sous-traitance automobile. Il permet d’appliquer le procédé aux véhicules de « niche » avec des coûts de la grande série.
Un atelier flexible de découpe laser pour fabriquer des cabines d'ascenceurs Le constructeur d’ascenseurs a investi 13 MF pour mettre en service à Mulhouse un atelier flexible de tôlerie étudié et construit par Salvagnini. C’est une première mondiale car il associe trois systèmes laser de découpe du constructeur italien à un magasin automatisé avec 350 cellules qui gère à la fois les tôles et les en-cours. Ce FMS fabrique chaque jour 2500 pièces diversifiées pour les cabines d’ascenseur. Les machines lasers sont pilotées par progiciel Act-Cut d’Alma.

Accès aux exemples d'articles classés par année

2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001 - 2000 - 1999 - 1998

© Pressedition 1996-2021

81 rue de Fontenay - 94300 Vincennes - France

Tél : +33 1 41 74 69 69